Julien Berther - BEWARE THE FRIENDLY STRANGER

Friday 17 December 2004

I progetti di Julien Berthier (1975 Besançon, Francia) sono apparecchi e macchine che apparentemente riflettono anzitutto l'irrazionale. Ma forse questa supposta assenza di ragione non è completamente dove si crede che sia...
Estate 2004. Un veicolo non identificato, ibrido inqualificabile di automobile, percorre il quartiere Maladreide a Aubervilliers nella periferia parigina.
Visto da più vicino, ci si accorge che il guidatore, per andare avanti, attacca una prolunga da un negozio all'altro per alimentare il motore. Lo si vede anche fermare le macchine, presentarsi, per poi, a mezzo di ventose, innestarsi su questi nuovi veicoli-ospiti e farsi trainare. E' il La Para Site, for the city (2004). Un veicolo urbano completamente dipendente che necessita per spostarsi di trattare con l'insieme degli abitanti di un quartiere. Così il fine non è più il puro spostarsi con una macchina, ma piuttosto i legami sociali che si creano con l'uso di questa macchina. Questo lavoro potrebbe essere abbastanza emblematico del modo di procedere di JB, poiché se le soluzioni alternative che propone l'artista (granelli di sabbia in una curva del progresso comunemente accettata come lineare) finiscono per dimostrare la loro fragilità programmata, conservano tuttavia in sè una logica interna che permette loro di resistere al collasso. E al di là della loro assurdità proclamata non smettono di chiedersi/ci se ciò che ci circonda debba considerarsi accettato e non possa essere altrimenti.
L'artista aveva già espresso in un precendete disegno questo scetticismo, motore del suo procedere: non lasciare il mondo nelle mani degli specialisti.
In questa prima esposizione personale a Napoli, l'artista presenta un progetto i cui attori principali provengono direttamente da una certa realtà napoletana (allo stesso tempo reale e onirica): la vespa ed il lampadario. Apparecchi di finzione.
La vespa ed il lampadario. Ma anche il terremoto ed il Vesuvio.
Eppure vi avevamo messi in guardia: Beware the friendly stranger.



Les projets de Julien Berthier (1975 Besançon, France) sont des appareils et des machines qui ont l’air de refléter avant tout l’irraisonnables. Mais cette absence supposée de raison ne se situe peut-être pas tout à fait là où on croit...
Eté 2004. Un véhicule non identifié, hybride automobile inqualifiable, parcours le quartier de la Maladreie à Aubervilliers en banlieue parisienne. A y regarder de plus prés, on s’aperçoit que le conducteur de cet engin, pour se déplacer, branche une rallonge de commerces en commerces pour alimenter son moteur… On le voit également arrêter les voitures, se présenter, puis à l’aide de ventouses, se greffer sur ces nouveaux véhicules hôtes, pour se laisser tracter… C’est La Para Site, for the city (2004). Un véhicule urbain totalement dépendant, qui pour se déplacer (qui plus est à
allure réduite), nécessite de négocier avec l’ensemble des habitants d’un quartier. Ainsi, la finalité n’est plus dans le déplacement de soi à l’aide d’une machine, mais bien dans le lien social qui découle de l’utilisation de cette machine.
Ce travail pourrait être assez emblématique de la démarche de JB. Car si ces solutions alternatives proposées par l’artiste (grains de sable dans une courbe du progrès communément admise comme linéaire) finissent par avouer leurs faiblesses toutes programmées, elles gardent en elles une logique interne qui les fait résister à l’effondrement. Et qui au delà de leur absurdité affichée, ne cessent de (se, nous) demander : pourquoi les choses qui nous environnent doivent-elles être tenues pour admises? Pourquoi est-ce ainsi plutôt qu’autrement ? L’artiste avait déjà énoncé dans un précédent dessin ce scepticisme, moteur de sa démarche : ne pas laisser le monde aux mains des spécialistes.
Dans cette première exposition personnelle à Naples , l’artiste présente un projet dont les acteurs principaux découlent directement d’une certaine réalité napolitaine ( toute à la fois réelle et fantasmée): la vespa, et le lustre. Des appareils à fiction.
La vespa et le lustre. Mais aussi le tremblement de terre et le Vésuve.
On vous avait pourtant prévenu : Beware the friendly stranger.


Julien Berthier est né en 1975. Il vit et travaille à Aubervilliers, France. 1995 Diplômé des Métiers d’Art (DMA matériaux de synthèse ), O. de Serres, Paris. 1998 Bourse Colin Lefranc, San Francisco Art Institute, USA. 2000 Diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux Arts, Paris, avec les félicitations du Jury
Biographie sélective : 2005 Exposition de groupe :Moving parts, Tinguely Museum, Bâle, Suisse.
2004 Expositions personnelles : Beware the friendly stranger, BlindArte contemporanea, Naples, Italie. Everything’s gonna be alright, Galerie Georges-Philippe & Nathalie Vallois, Paris, France.
Exposition de groupe : Grotesque, Burlesque, Parodie, Abbaye Saint-André, Centre d’art contemporain, Meymac, France. Moving parts, Kunsthaus, Graz, Autriche.* Y’a-t-il un commissaire pour sauver l’exposition ?, Galerie GP & N Vallois, Paris, France. Maisons Témoins, The Store, Paris, France. 2003 Expositions de groupe : Home, Galerie Georges-Philippe & Nathalie Vallois, Paris. Electrobot, Home Gallery, Prague, Rep. Tch. 2002 Exposition personnelle : Project Room Sauf Accident, avec Virginie Yassef * Galerie Georges-Philippe & Nathalie Vallois, Paris. Expositions de groupe : Voilà, la France !, commissaire : Andrea Busto, C.E.S.A.C, Turin, Italie.*
Razzia, Tactic for a wild quest, Artis, Den Bosch, Hollande. Group Effect, Gallery Frehrking Wiesehöfer, Cologne, Allemagne. 2001 Expositions Personnelles : Blanc d’Espagne, E-cran, Paris. ( avec Virginie Yassef). Demi-Détail-Gros, Paris Project Room, Paris. ( avec Virginie Yassef).
I’ll be back in five minutes, Gallery Frehrking Wiesehöfer, Cologne, Allemagne. Expositions de groupe : Voisins Voisines, Glassbox, Paris. ( avec Virginie Yassef). Le poste, Collectif Mix, Public>, Paris.* Sincères Félicitations, ENSBA, Paris. ( avec Virginie Yassef). 2000 Expositions de groupe :
To be announced, Exposition collective à la Kunstverein de Aachen, Allemagne. Comédie, exposition colletive organisée par le collectif mix, Paris. www.collectifmix.com, ( avec Virginie Yassef).* Wershow, sur une invitation de Rita mcBride. Exposition collective à la kunsthalle de Aachen, Allemagne. 1999 Expositions de groupe : Mémoire vive / mémoire morte, opéra éléctronique. Collaboration avec S. Thidet et A. Pouillaude, Galerie Public>, Paris. Pizza / Pizza II, exposition collective, Public > et Bernard Jordan, Paris. Visages et Expressions, ENSBA, Quai Malaquais.* 1998 Expositions de groupe : Workshop à Cuba ( 7 artistes français et 11 artistes cubains) Suivi de l’exposition : Pizza / Pizza, pos-imposibilidad, centro de desarollo y arte visual, La Havane. 1997 Expositions de groupe : L’aventure, Exposition ENSBA, Paris. Foire du Livre de Calcutta, exposition collective organisée par l’ambassade de France en Inde.
Bibliographie : 2004. Catalogue Julien Berthier / You’re Fired, ed. Felix Verlag, Cologne, Allemagne. Emmanuelle Lequeux, « En attendant la machine à améliorer le monde… », Aden n°215 du 3 au 9 juillet. 2002. Catalogue Sauf accident, Julien Berthier & Virginie Yassef, edité dans
le cadre de l’exposition Sauf accident à la Galerie Georges-Philippe & Nathalie Vallois, avec le soutien de l’E.N.S.B.A.
* Ces expositions ont fait l’objet d’une parution de catalogue.


Blindarte contemporanea
Via Caio Duilio 4d
80125 - Napoli
Italy
+39 081 2395261
+39 081 2394642
info@blindarte.it
www.blindarte.it